lagazetteafacettesdufestifai

éloge de la pause ou la nécessité de ne rien faire : travailler moins pour créer plus

In Entre-vues, La résidence day-by-day, Les sentiers de la création on 18 juillet 2012 at 10:24

Emulation, répétition, précision: les ions de la création. Voici précipités en ces lignes impressions journalières (day 3) auxquelles se surimprime touday notre habituelle dissection de la création.

Troisième jour déjà, et toujours plus de chansons à enregistrer, de sculptures à photographier, de conversations à écouter…. Profusion de petits fragments de créations disséminés un peu partout, live music everywhere (« it’s a pretty motivating place to play » Maruti)… : il serait temps que l’on mette un peu de colle à tout ça, je ne sais plus où donner de la tête et des mains, moi ! I think I need a break…

PUISER DANS LA PAUSE

Je décide finalement de rendre visite ce matin au groupe du Gruntdtvig-scénographie. Ceux-ci, silencieux et concentrés sur leurs pinceaux, sont en atelier peinture by the river où Marie Sophie Koulischer patauge dans un anglais qui ne coule pas de source lui ! « In 15mn you have to finish what you begin euh begun no began, oh I mix all the times, preterit, present…anyway there’s no time anymore here ! ». C’est vrai que le bruit de l’eau de la rivière qui coule en continu semble avoir remplacé toute notion de temps…

 3 DAYS OFF by Danius

“Je me suis souvenu que j’avais de l’eau et je l’ai bue lentement pour faire durer le paysage.”

 Arno Bertina, Je suis une aventure

Let’s breath then !

Autre pause et petite ellipse : dès la fin du repas, artistes comme volontaires ou salariés en réinsertion sont déjà à l’œuvre, alors que nous commençons à peine notre café. Profitant de ce temps libre pour pêcher des sources d’inspiration: dans des livres, internet (eh oui le wi-fi arrive jusqu’ici !), dans la pratique de leurs ébauches artistiques, ou encore dans leur lit pour certains; la pause entre les temps de travail est le moment où chansons, mots, idées se libèrent, et envahissent l’ombre des arbres et des bâtiments. Partout où je vais, des guitares chantent, des cordes vocales grattent, des mains et des langues s’agitent.

Autour du café, ce sont les mots qui sont à l’honneur. Patrick raconte de quelle manière il est en est venu, de la musique à la pratique théâtrale. Il évoque sa compagnie et la résidence d’artistes qu’il a mis en place en Haute-Normandie où il vit d’ordinaire, qui met en scène des poèmes « pour offrir un panorama, une autre perspective du texte ». Aragon, Prévert, Queneau, Villon et d’autres encore défilent sous sa langue… De l’autre côté, contaminée par l’atmosphère poétique inoculée par Patrick, Maya, traductrice franco-géorgienne, m’explique comment ses cernes concentrent tous ses états d’âmes et physiques de manière plutôt originale : « La vie est sur le contour des yeux », joli non?

Epuisée par la profusion artistique qui règne pendant la pause, je m’en vais m’octroyer une brève sieste bien méritée, pendant que les autres se remettent à bosser…

TROUVER UN RYTHME : ENTRE ACCENTS ET BAILLEMENTS, RIRES ET SOUPIRS

« The sewing machine has given up, so we have to wait. » Lisa, listening Marie playing violin and waiting to sew a costume.

L’après-midi, je rejoins l’autre versant du Grundtvig qui semble se frotter à quelques difficultés… « Il faut que tu trouves l’équilibre entre paresse et chant. Il faut utiliser tout ton souffle dans le chant, sinon c’est mortel. Faut pas faire d’efforts » lance Patrick à Anthelme, en lui chantant le tango corse pour mieux lui expliquer la manière dont il doit lui-même interpréter sa chanson. Anthelme s’execute docilement : « Je mène une vie tranquille, ne fais rien de mes dix doigts. » Après une bonne demi-heure ponctuée de « again » et « encore une fois », entre éclats de rires et soupirs causés par maladresses ou trouvailles, les cabaretistes partent en pause de 5mn (et oui, encore !).

Dans l’incapacité de bouger de mon fauteuil fort confortable, j’assiste à la discussion de Patrick et Philippe qui discutent de la direction à prendre pour la suite du « Cabaret ».

Tentative de reconstitution de leur dialogue:

Patrick : Il y a une part de jeu mais je ne sais pas jusqu’où je vais les emmener, ça fait parti de l’expérience.

Philippe : Là, du coup, tu joues sur les fils théâtraux, mais peut-être qu’il faudrait pousser les fils musicaux…Faudrait les voir dégrossis. Il y a plein de petits projets à faire aboutir en parallèle. Donner 48h à tout le monde pour vraiment dégrossir, ça serait l’idéal.

Patrick : Oui, ils vont avoir une heure ensuite pour répéter par groupes. Il faut donner du temps.

Philippe : Mais le problème, c’est qu’il faut aussi décider le plus en amont possible de ce qu’on garde et de ce qu’on ne garde pas.

Patrick : Pour l’instant j’essaye aussi d’avoir le plus de matériel possible et à partir de ces matériaux, tu peux les emmener dans la direction que tu veux, on peut par exemple prendre la perspective d’un cabaret absurde.

Philippe : Mais il y a aussi une première étape de pure mise en place musicale. Il faut absolument prendre un parti pris de composition d’équipe.

Patrick : Oui, enfin il faut aussi voir le plus urgent, hiérarchiser. Il faudrait d’abord définir les groupes, que les numéros deviennent des vrais numéros, après ça murira.

Philippe : Oui, il faut faire une couche de fondation, puis sur cette base-là, la semaine prochaine, on enrichit. Il faut qu’on sache de quels numéros on dispose. On a besoin de transformer notre liste d’hypothèses en certitudes !

Quelques problèmes à résoudre donc, mais pas de panique ! «  Les personnages commencent à s’exacerber, c’est intéressant » fait remarquer Philippe, il faut juste qu’ils ne perdent pas le thème de vue, et surtout  qu’ils « trouvent un rythme ». Je ne me fais pas trop de soucis pour eux en voyant comme les problèmes sont assez vite résolus : Oana qui perd l’équilibre du souffle entre chant et danse , se voie bientôt aidée, accompagnée des silences musicaux des autres artistes.

“I have to wait for the branches to soften” Marie making other elements for her artwork while waiting for continuing her big basket.

Et si après cet article vous n’êtes encore pas convaincu de l’utilité de la pause, voici des preuves hautement scientifiques que le silence, la respiration, le « rien » est nécessaire à notre vie d’être humain:

–          « Imagination et invention » de Gilbert Simondon et Bergson sur  l’imagination = nécessité de « l’intervalle » dans l’imagination

–          Tempo des possibles (espaces de la fiction programmatique) de Grégory Chatonsky p.7 = nécessité du « silence » dans la littérature

–          L’avenir des Humanités. Economie de la connaissance ou cultures de l’interprétation? d’Yves Citton = nécessité de la pause dans notre vie quotidienne

Nous on bulle en musique! plop!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :