lagazetteafacettesdufestifai

Archive for 28 juillet 2012|Daily archive page

Life is a cabaret!

In Le FestiFaï day-by-day: entre dessous et devant de la scène, Vers l'infini et l'eau-de-là on 28 juillet 2012 at 4:26

Anthelme, Duygu, Oana, Ruta, Maruthi et Mickaël: acteurs européens de ce Cabaret

 

« Qu’attendez-vous d’un cabaret européen ? »

des jeux de cartes, de la musique..

something magic and magnetic

de la diversité, un aperçu de la culture européenne avec ses différences et le choc des cultures mais aussi la cohésion. Et de la variété, des identités culturelles. (il y en a qui ont révisé avant de venir !)

qu’on boive toutes les boissons d’Europe !

Grand jour pour le Grundtvig scénographie : ce soir, premier jet on stage de leur Cabaret Européen, fruit de deux semaines de résidence en ce lieu bucolique et chaotique qu’est le Faï avec ces artistes amateurs venus de Lituanie, Turquie, Espagne, Allemagne…Et France!

 

«  Pour moi, le mot « cabaret est très mal choisi, ça ne renvoie pas du tout à la même chose pour vous en France qu’en Allemagne. En Allemagne, c’est une forme de théâtre sociale, politique, ici ça s’apparente au divertissement. Il faudrait plutôt parler de spectacle mêlant poésie, théâtre et musique, je trouve. » (Mickaël, premier jour de résidence)

WHAT IS A CABARET ?

L’imaginaire du Cabaret se résume souvent aujourd’hui à cela :

Le moulin Rouge à Veynes-city : alléchant, isn’t it !mais je ne suis pas tout à fait certaine que cela soit l’esprit du FestiFaï…

Petit retour donc sur une forme de spectacle qui possède aussi sa petite histoire…

 

« Mesdames et messieurs, le Cabaret Voltaire n’est pas une boîte à attractions comme il y en a tant. Nous ne sommes pas rassemblés ici pour voir des numéros de frou-frou et des exhibitions de jambes, ni pour entendre des rengaines. Le Cabaret Voltaire est un lieu de culture. » (annonce lors de la soirée inaugurale du 5 février 1916 pour faire taire l’énorme chahut)

*HUGO BALL*

D’où vient la culture cabaret ?

Naissance : « Le Chat Noir », Montmartre Paris en 1881, lieu d’échange pour les poètes, musiciens et autres artistes. Maupassant, Debussy ou encore Satie ont poussé la porte de ce lieu.

A cheval sur le cabaret -la période Dada : Le 5 février 1916, Hugo Ball, Emmy Hennings , Hans Arp, Tristan Tzara et Marcel Janco  inaugurent le « Cabaret Voltaire », l’antre et un des principaux diffuseurs du mouvement Dada. Expérimentation, « spectacle total, « happening », rythme  ou encore provocation sont quelques éléments de son ambition.

« Dada est une nouvelle tendance artistique, on s’en rend bien compte, puisque, jusqu’à aujourd’hui, personne n’en savait rien et que demain tout Zurich en parlera. Dada a son origine dans le dictionnaire. C’est terriblement simple. En français cela signifie « cheval de bois ». En allemand « va te faire, au revoir, à la prochaine ». En roumain « oui en effet, vous avez raison, c’est ça, d’accord, vraiment, on s’en occupe », etc. C’est un mot international. Seulement un mot et ce mot comme mouvement. »

Extrait du manifeste Dada prononcé le 14 juillet 1916 par Hugo Ball

La Belle-Epoque, divertissement et exotisme: Autrement appelés cafés-concerts ou cafés-théâtre, apparaissent à Paris plusieurs lieux de ce genre, qui permettent notamment la rencontre des classes sociales grâce à leurs prix bas : Les Folies Bergères où l’on peut assister des numéros de toutes sortes (chanteurs, danseurs, clown, jonglage, personnages sensationnels, cirque) et le Moulin Rouge pour les plus connus.

Liza Minelli dans Cabaret

Belle-époque du cabaret à Berlin également ! Le film de Bob Fosse, Cabaret (1972) qui retrace cette période où le divertissement semble vouloir contrer la montée du nazisme ; est d’ailleurs le po(i)nt d’inspiration de Patrick Verschueren dans sa mise en scène du Cabaret Européen présenté en ce moment au FestiFaï..  Cette mythologie de décadence qui règne autour du cabaret allemand et qui s’est ancré dans nos imaginaires, n’est cependant pas l’esprit du spectacle présent (comment ça dommage ?!)..

L’affiche du film Chicago, inspiré de la comédie musicale de Bob Fosse

Le Cabaret du côté de Broadway : né dans les années 1980, c’est un « art de la chanson [chanson et comédie musicale] où priment l’expression théâtralisée du texte et l’intimité de l’échange avec le public » nous indique savamment Jacques Protat dans sa thèse sur le Cabaret New-Yorkais.

« dans le cabaret, la première chose que t’apprends  c’est la relation avec le public, il est hors de question qu’il s’emmerde ! »

Pierre Henri

En bref, le cabaret évoque : liberté, irrévérence et provocation, improvisation, rencontre de la culture populaire et culture savante, mélange des arts (théâtre et musique notamment), satire socio-politique, proximité artistes-public, et boisson !

 

Au Cabaret-Vert

cinq heures du soir

Depuis huit jours, j’avais déchiré mes bottines
Aux cailloux des chemins. J’entrais à Charleroi.
− Au Cabaret-Vert : je demandai des tartines
De beurre et du jambon qui fût à moitié froid.

Bienheureux, j’allongeai les jambes sous la table
Verte : je contemplai les sujets très naïfs
De la tapisserie. – Et ce fut adorable,
Quand la fille aux tétons énormes, aux yeux vifs,

− Celle-là, ce n’est pas un baiser qui l’épeure ! −
Rieuse, m’apporta des tartines de beurre,
Du jambon tiède, dans un plat colorié,

Du jambon rose et blanc parfumé d’une gousse
D’ail, − et m’emplit la chope immense, avec sa mousse
Que dorait un rayon de soleil arriéré.

Rimbaud, octobre 1870.

 

Et oui, le cabaret c’est avant tout un lieu de rencontre autour d’un petit verre !

Cabaret : « débit de boissons modeste, où l’on peut parfois prendre des repas. » Assise au Café du Peuple pour cet article, il semble que finalement le lieu se prête particulièrement bien à la chose. Par extension, nous dit « Le Trésor de la Langue Française » (rien que ça), le cabaret est un « petit établissement de spectacle où l’on peut parfois prendre des repas, consommer des boissons et danser. Synonyme : boîte de nuit…Bon finalement le Café du Peuple à 17h, c’est pas trop ça niveau DJs… Le cabaret serait-il aujourd’hui définitivement mis en boîte ? Pas de doute, le Café du Peuple n’est pas une discothèque…mais bien un lieu de musique vivant dans lequel l’espace réduit rapproche les êtres, et où le bar sert aussi (en plus des bières et de p’tis verres de vins) de scène, comme ce jeudi dernier.

les coulisses avant la première

 

Alors, pourquoi jouer ce Cabaret Européen sur la scène lointaine du Cinéma de Veynes et non au Café du Peuple ?

Pour n’importe quel spectacle, le lieu n’est pas anodin et fait partie du show . Patrick V. ne semble pas trop affecté par la distance qu’impose l’imposante estrade du cinéma, la trouvant surtout trop « frontale », et Le Café du Peuple est trop petit pour toutes les trouvailles mises en scène dans le Cabaret de ce soir! Maruthi, elle,  “ would prefer to play in the street » et trouve la scène « too static, too aggressive »… Problèmes techniques qui change la perception du spectacle: étant habituée à les voir répéter « de près », je trouve que certains numéros perdent de leur force  dans cette vision de loin…mais renforce le visuel dans d’autres: compliqué la scène!

Même ayant suivi assidûment les répétitions la première semaine, je suis agréablement surprise: certains personnages se sont vraiment développés, et plusieurs numéros sur lesquels je ne pariais pas trop sont en fait ceux qui marchent le plus. SURPRISE est un mot qui revient dans les impressions du public pour qualifier la première de ce Cabaret:  « étonnant », « très beau, très imaginatif ».  Et l’inverse : d’autres numéros qui me plaisaient beaucoup ont perdu de leur saveur. »Il y a avait trop de de mise en scène et pas assez de chansons! », me dit un spectateur. Je suis assez d’accord, on aimerait par moments que les chansons ou les parties dansées soient un peu plus longues : the show must go on!

Ce soir sera l’occasion pour Oana, Maruthi, Mickaël, Ruta, Duygu et Anthelme de s’exercer dans un tout autre lieu, non moins magique: la scène aquatique du Faï (espérons d’ailleurs que l’eau ne tombe pas du ciel capricieux et reste dans l’étang) !